ll done, Unions!

Le Black Friday n’aura pas impacté la direction d’Amazone ! Nous ne retrouvons rien après-coup sur les négociations qui ont eues lieu suite à la grève qui a débuté le 24 Novembre 2017 hormis l’expéditive et impassible réponse finale de la direction d’Amazone soulignant que : “les salaires versés à nos travailleurs sont parmi les plus élevés dans le secteur de la logistique et qu’Amazone offrait également certains avantages, tels que l’assurance médicale privée ou l’argent pour payer les programmes de formation”, mettant un terme à l’attaque syndicale. Bref, une action n’ayant pas plus d’effet qu’un pétard mouillé pour l’intéressé.

Par contre ; pour les PME, les entrepreneurs, les indépendants, … les Organismes Humanitaires et même Gouvernementaux, des dommages collatéraux sont à déplorer. Tout le secteur de l’import-export international aura été touché et nous pouvons étendre la zone d’impact à la plupart des pays du globe avec une pensée toute particulière pour les pays en voie de développement. L’effet papillon de ces décisions certes légales mais unilatérales, est, à son échelle, dévastateur à des endroits où l’on ne s’y attendait pas. Oups !

De tous les articles publiés sur le sujet, on ne parle que très peu des relations politico-commerciales entre la Chine et l’Europe (ou plus globalement l’Occident). Pour avoir vécu cette grève de la Chine, Chine où il est important de rappeler que les procédures;

  • d’inspections,

  • de respect des normes

  • d’obtentions de licences d’exportations

  • et autres demandes d’autorisations

s’y complexifient considérablement en conséquence des évidentes mauvaises relations économiques, politique ou diplomatique entre la Chine et L’Europe; entre l’Europe de l’Est et l’Europe de l’Ouest et à présent entre les Etats-Unis et le reste du monde (cfr. : alu – acier) et au détriment de l’entreprise et des citoyens.

Concrètement, sur place, Road Invest a vu les géants du transport aérien de marchandises s’en donner à cœur joie dans les excès et au détriment de ses clients, les clients de ses clients, etc. Les prix se sont vus multiplier par 10 en l’espace de 48h. Les transporteurs et agents ont, d’emblée, renforcé leurs procédures, prenant en otages les marchandises récoltées en cas de refus, légitime, de paiement des augmentations fulgurantes de factures. Le cas échéant, les cargos sont détruits ! Récupération des acomptes ; partiels ou total, est un parcours de combattant qui se révèle vain et coûteux pour le pénalisé.

Nous comprenons nos amis travailleurs mais pensons que cette manière de « punir » appartient à un époque révolue. Ironie du sort, en frappant au mauvais endroit, les puissants syndicats font vaciller, voir tomber les mêmes travailleurs qu’ils protègent au service de ceux qu’ils combattent.

 

Partager cet article avec vos amis !